« La grève du sexe | Accueil | Simuler l’orgasme (bis) »

25 septembre 2006

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341ccc0853ef00d834eb2e9769e2

Voici les sites qui parlent de Fessée érotique :

Commentaires

Arnaud

Merci pour ce très bel article.
Ce site je l'ai fait d'abord pour partager ma passion de la fessée érotique car il n'y a pour moi rien de plus beau que de conduire ainsi une femme à l'orgasme. je l'ai conçu aussi pour un espace de discussion sur cette pratique troublante et donc répond volontiers à vos questions, via le sit ou tout simplement ici

A bientôt

Abfab

Je n'aime pas en recevoir, spa mon truc, mais j'aime bien en donner, notamment "en copains" on va dire, lors de la phase de séduction notamment, habillés, cela me permet de voir quel type de sexualité sied à cet éventuelle future partenaire.
Ensuite oui pendant l'acte, il m'arrive de donner quelques fessées. Dans le passé, je l'ai souvent fait parce que je savais que cela plaisait/excitait mes partenaires, mais sans que cela soit vraiment très naturel, jusque très récemment...

Grid

Le site est très intéressant malgré mon absence d'attirance pour les fessées...
Les goûts et les couleurs comme on dit !
Ou plutôt les sensations ou leur absence...
La géographie des zones érogènes est-elle culturelle, vraiment personnelle et physique, modifiable : un peu, beaucoup ???

Arnaud

Merci pour avoir trouvé mon site très intéressant, même si la fessée n’est pas ton truc.
Pour répondre à ta question. Je pense d’abord que l’”érogénité” des zones corporelles fait partie de notre personnalité profonde et mystérieuse, de notre inconscient. A ce titre on peut l’interpréter. Les fesses (et la fessée) incluent pour moi un retour à l’animalité, salutaire et intéressant car cela fait partie de notre psyché.
Évidemment , la culture, l’histoire personnelle, vont influencer sur cette "érogénité". Comme je crois que rien n’est définitivement acquis, cela peut évidemment changer avec l’évolution de chacun.

Grid

Ta vision animale de la fessée m'étonne beaucoup ! Je n'ai jamais vu aucun animal donner des fessées !
Ou le terme d'animalité a un autre sens pour toi ? Dans l'animalité je vois plutôt l'instinct, la spontanéité, la violence, la méfiance même, le goût du contact, l'odorat, l'instinct grégaire, la rivalité, l'assouvissement des désirs en général...
Mais la fessée me semble tellement plus "chrétienne", un peu comme la flagellation ! Désolée...
Eclaire moi si le terme d'animalité est différent pour toi !

Arnaud

Je n’ai effectivement jamais vu d’animal donner la fessée en tant que telle. Mais il y a des groupes de singes où montrer son derrière est un signe de soumission utile à la hiérarchie du groupe, comme donner des tapes un signe d’autorité. On trouve également des comportements semblables dans les groupes “pré-humains” tel que le décrit par exemple Bernard Werber dans “Le Père de nos Pères”....
C’est ainsi que la fessée manuelle évoque à mon sens un certain retour à l’animalité, à cette par d’anté-humanité qui reste quelque part enfouie au fond de notre psyché.
On peut voir dans la flagellation des rappels du christianisme (Le Christ qui souffre sur la croix ou avec sa couronne d’épine et dont rappelle le calvaire dans certains rites... ) je ne vois rien de tout cela dans la fessée érotique dont le but ultime est le plaisir de celle qui le reçoit.
J’ai personnellement eu la chance de ne pas être baptisé et, bien que mes parents étaient de culture chrétienne, j’ai grandi dans un pays à écrasante majorité musulmane. Je peux donc m’affirmer aujourd’hui comme un LIBRE CROYANT.
Je ne vois pas de rivalité, ni de méfiance dans la fessée érotique, mais oui plein de spontanéité, violence, goût du contact, odorat, instinct grégaire, assouvissement des désirs en général...
J’ai envie de conclure en citant Alina Reyes (extrait de son chef-d'oeuvre LILITH) :
“Contrairement à ce qui est toujours dit, ce n’est pas la bête que nous devons combattre en nous, mais l’inhumain, c’est-à-dire tous les aspects négatifs de l’humain qui s’éloigne de l’animalité. Nul animal autre que l’humain n’a inventé le génocide, l’exclusion systématique et massive de se semblables, l’exploitation de l’espèce par l’espèce. Savoir combattre notre ennemi en nous, c’est savoir le désigner. L’animal en nous n’est pas notre ennemi. Ill est.
Notre corps, notre sexe, nos sens sont l’animal en nous. L’animal est notre essence. L’humain et l’inhumain , eux participent de notre volonté. “

Spanking 35000

Bonsoir à toutes et tous,
En effet, on peut considérer la fessée sous son aspect animal, mais je parlerai plutôt de "comportement instinctif", où le dominant retrouve son côté protecteur, découlant directement de notre lointain passé.

D'ailleurs, et c'est un lieu commun, la fessée était, au moyen âge, considérée comme... une caresse érotique! ce n'est que par la suite qu'elle a été détournée de son véritable rôle.

C'est aujourd'hui le juste retour aux sources d'une pratique bien innocente, non violente (quoi qu'en pensent les esprits chagrins et les coincés)et qui a pour unique but le PARTAGE d'un suprême plaisir entre deux êtres qui s'aiment. Pour ma part, il est des valeurs attenantes à la fessée auxquelles rien ne saurait me faire déroger : le respect et la complicité.
On peut "baiser" quelqu'un sans amour, mais il m'est impossible de correctement fesser ma partenaire, si je n'eprouve pas de sentiments vrais et sincères à son égard.
Bon week-end,
Amicalement,
JM, fesseur en Bretagne.

Arnaud

Je pense que quand je parle d'animalité et vous de nature instinctive nous faisons référence à la même chose.

Que la fessée était considéré comme une caresse érotique au Moyen-Age est un lieu commun.... pour vous. Je l'ignorais complètement et de suis très intéressé à en savoir plus là-dessus. Pourriez-vous éclairer ma lanterne, cher fesseur breton (pays que je n'ai jamais visité, autre grave lacune !)

Arnaud

L'adresse de ce site est désormais :

http://www.geocities.com/fessarnaud

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Devenir Fan

Ca peut servir

juillet 2014

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      

Pages à la plage